Insolite
21/06/2020 à 17h03 par Sarah allemandou

Qui a dit qu’il existait une seule façon de donner de son temps pour un projet solidaire ?

Crédits : L'incroyable ascension

L’exemple du jeune belge Glenn VALENTIN




Tout le monde peut donner de son temps, partager ses compétences et offrir ses savoirs-faires pour un projet solidaire. La participation à ce type de projet ne requiert aucun statut particulier, simplement d’être une personne volontaire et d’avoir envie de donner. Il existe donc une diversité d’acteurs très importante au sein de ses projets : des professionnels, comme des médecins par exemple, ou simplement des gens volontaires qui dédient quelques heures de leur temps pour apporter leur contribution, comme les étudiants qui donnent des cours gratuitement à des personnes en difficulté. Tout le monde peut s’engager s’il en a la possibilité.



Il existe une multitude de projets solidaires, cela s’explique par le très grand nombre de difficultés économiques, sociales, culturelles et physiques que peuvent rencontrer les individus dans nos sociétés actuelles. Face à ces difficultés, des personnes prennent l’initiative d’aider, directement ou indirectement, dans le but de supprimer ou de diminuer les difficultés rencontrées par ces individus. L’engagement dans un projet solidaire dépend autant des besoins auxquels celui-ci répond que des compétences de chacun et de leur démarche d’action.



L’échelle d’action d’un projet solidaire est tout à fait variable. Elle peut être locale, comme par exemple un projet de nettoyage de la nature organisé par une école, nationale ou bien internationale, comme nous le montre l’exemple des nombreuses associations et ONGs internationales tels que Médecins Sans Frontières par exemple.



Quant à la manière de s’engager et de faire partie d’un projet solidaire, celle-ci peut être plus ou moins conventionnelle. Le cas de Glenn Valentin en est la parfaite illustration. Ce kinésithérapeute a fait l’ascension du col du Tourmalet le 13 juin dernier en ballon sauteur ! Cet exploit sportif très original lui a permis de récolter des dons qu’il a reversé à l’association Petits Princes. Glenn Valentin a su faire preuve de beaucoup de patience pour réaliser son exploit : avec une vitesse moyenne d’un kilomètre et demi par heure, il a mis 11 heures pour réussir l’ascension du col pyrénéen ! Un entrainement sportif avec son ballon sauteur lui a permis de réaliser ce défi surprenant.



L’association Petits Princes, bénéficiaire des dons récoltés par le masseur-kinésithérapeute, organise son activité autour de trois objectifs fondateurs : aider les enfants malades en leur donnant de l’énergie contre la maladie, suivre le parcours de ses enfants tout au long de leur maladie et soutenir l’ensemble de leur famille. En effet, l’association Petits Princes, fondée par Dominique Bayle, réalise régulièrement les rêves d’enfants atteints de maladies graves. Les rêves des princes et princesses sont très variés : un séjour à Disney Land, un voyage à la neige, une visite de l’Opéra Garnier, etc mais l’association essaye d’en réaliser un maximum. Et, grâce à l’aide apporté par le jeune belge Glenn Valentin, l’association va pouvoir réaliser de nouveaux rêves !



Si l'association t'intéresse, n'hésites pas à consulter leur site web : https://www.petitsprinces.com/